auto-data

Le leasing de voitures de société

Transitaire, entreprise artisanale ou prestataire de services normal – dans ce pays, pratiquement aucune entreprise ne peut se passer d’une voiture de société. Afin de gérer leur propre flotte de manière aussi pratique que possible et de maintenir leur technologie automobile à jour, de nombreuses entreprises décident de louer leurs voitures de société. Mais qu’est-ce qui rend exactement ce mode de financement si populaire et qu’est-ce qui est important pour le service comptable ?

Le crédit-bail s’explique facilement

En principe, le processus est très similaire à la location d’un objet. Le premier point de départ du leasing est généralement le concessionnaire automobile de confiance respectif. Le bailleur et le locataire y concluent un contrat de location spécial au lieu d’un contrat d’achat classique. Dans la plupart des cas, cette période est de deux à cinq ans. Le concessionnaire automobile transfère les droits d’utilisation du véhicule à une entreprise, par exemple, qui lui verse en contrepartie une mensualité pour l’utilisation du véhicule et s’engage à en prendre soin et à ne pas violer les accords conclus.

En outre, il existe deux options de crédit-bail largement utilisées pour les véhicules : L’un d’eux est le « leasing kilométrique ». Dans ce cas, le nombre de kilomètres pouvant être parcourus par le véhicule est précisément défini dans le contrat. D’autre part, le leasing de la valeur résiduelle est également une option possible. Une comparaison montre quelle option est la plus rentable dans chaque cas.

Les entreprises bénéficient de nombreux avantages

Mais pourquoi les entreprises, en particulier, préfèrent-elles le crédit-bail à l’achat d’un véhicule ? Tout simplement : les entreprises peuvent économiser beaucoup d’argent grâce à ce modèle de financement. Dans la plupart des cas, les réparations et les services à la clientèle sont effectués par le fabricant. En outre, les mensualités sont généralement inférieures à celles d’un financement traditionnel et peuvent être déclarées comme dépenses de fonctionnement au bureau des impôts. Au final, cela permet même de rendre l’argent.

D’autre part, les voitures, en particulier, sont des marchandises qui subissent une perte de valeur massive. Les entreprises qui louent des véhicules au lieu de les acheter empêchent ainsi d’éventuelles transactions déficitaires. Après tout, la valeur d’une voiture neuve diminue jusqu’à un quart de sa valeur d’origine un peu plus d’un an après son achat.

Quand les employés sont autorisés à utiliser la voiture

D’ici là, le leasing est rentable d’un point de vue entrepreneurial. D’un point de vue comptable, cependant, les choses se compliquent lorsque les employeurs mettent à la disposition de leurs employés des voitures de société pour les déplacements professionnels et privés. En effet, la voiture représente alors un avantage non monétaire en tant qu’actif corporel. Et dans ce cas, c’est l’employé qui subit la perte. En effet, cet avantage est soumis à l’impôt, qui est déduit du salaire brut de l’employé. Cela plaît à la direction qui, grâce à cette procédure, économise des coûts salariaux accessoires.

Avantage financier : la prise en charge des employés est nécessaire

Mais seulement si l’employé documente ses voyages de manière fiable et consciencieuse. Car il existe deux possibilités différentes pour le calcul exact de l’avantage calculé :

Dans le détail, le choix de la méthode dépend toujours du cas individuel. En ce qui concerne la règle du 1 %, le calcul de base est le suivant : plus la distance entre le lieu de travail et la ville d’origine est grande et plus le prix du nouveau véhicule est élevé, plus la somme de l’avantage monétaire, qui s’ajoute au revenu du salarié à des fins fiscales, est élevée. Pour qu’il n’y ait finalement pas de menace d’ennuis de la part du bureau des impôts, ce guide de la voiture de société répond à toutes les questions restantes dans ce cas particulier de droit fiscal.

Les barèmes loués peuvent être « amortis » à 100

Un dernier sujet important à l’ordre du jour de la comptabilité concernant la flotte de l’entreprise est l’amortissement correct. C’est la seule façon de garantir que les rapports de valeur réelle dans le bilan de l’entreprise puissent être lus en cas de réduction massive de la valeur des machines ou des bâtiments. Et c’est là qu’intervient un avantage majeur dans le cas des véhicules loués : la dépréciation est totalement éliminée pour les entreprises.

Tout d’abord, parce que les tranches de crédit-bail sont déjà enregistrées comme des dépenses de fonctionnement. Et d’autre part, ce n’est pas l’entreprise en tant que locataire qui « active » le véhicule. C’est plutôt le concessionnaire automobile en tant que bailleur. Ainsi, les entreprises peuvent déduire de leurs impôts pratiquement 100 % du montant du crédit-bail (ou des frais d’exploitation).

Une bonne comptabilité nécessite de l’ordre

Le leasing offre donc aux entreprises de nombreux avantages par rapport à l’achat d’une voiture :

Mais pour bénéficier réellement des remboursements d’impôt au final, une chose est avant tout essentielle : les soins. C’est pourquoi les entreprises qui dépendent de véhicules loués devraient toujours enregistrer immédiatement les reçus et les factures correspondantes à l’aide d’un programme de facturation. Cela garantit que rien n’est perdu.

Quitter la version mobile